Tchao Bye Bye

Ouais c’est étrange, juste après la bienvenue de dire « Hé salut j’me casse ! ».
Mais en vrai c’est pas pour ici que je dis ça (même si, soyons honnête, je sais vraiment pas comment je vais faire durer un blog, moi la meuf qui se blase à la vitesse de la lumière…). Bref.

Cet article est un peu la raison pour laquelle j’ai eu envie de faire un blog. Parce que j’ai besoin d’en parler, de partager.

Cela fait deux ans et demi que je suis dans une petite boite parisienne de développement de jeu vidéo. J’y suis arrivé en tant que stagiaire pour un jeu de danse. Et puis le jeu terminé, je suis resté et nos projets sont retournés aux premiers amours de la dite entreprise : le karaoké. Voila, mon travail, c’est chanter, tester en boucle des chansons (et rentrer à la maison avec LMFAO et autre chansons top géniales (si tu souhaites te suicider) dans la tête).

Mais en deux ans et demi, tu te doute bien, que je ne faisais pas que ça. Enfin, c’est loin d’être le pire boulot du monde, les collègues sont sympas, le patron également, la paye est sympathique, tout va bien dans le meilleur des mondes.

Ce travail m’a convenu pendant environ deux ans. Surement moins avec le recul. Et puis, j’ai commencé à être énervée et fatiguée à la fin de la journée. La masse de travail est très inégale selon les périodes, je pouvais passer des semaines à ne rien faire. Et c’est le pire : s’ennuyer au travail, bloquée derrière un écran pendant quasi 12h de ta journée. Tu vois défiler ta vie devant toi.

Internet c’est chouette, tu divagues, tu rigoles, tu pleures, tu t’occupes. Mais à un moment, c’est pas suffisant.

Quand j’ai rencontré mon actuel amoureux, je le voyais rentrer de ses journées avec le sourire. Le matin il se lève avec l’envie d’aller faire son métier. Et moi j’étais la, à y aller a reculons, à pleurer le dimanche soir, à me taper des angoisses à la con, à rentrer exténuée par l’ennuie. Les répercussions sont énormes et prennent trop de place. Je suis désagréable avec tout le monde, le chéri en 1ère ligne, c’est lui qui me retrouve larmoyante chaque soir.
Mais à ce moment la, je mets ça sur le dos de tout et de rien, de toute façon je ne supporte plus rien. Mais de quoi je me plains exactement ? J’ai un bon salaire, j’ai pas le pire métier du monde, … Ça ne peut pas venir du travail. C’est autre chose, c’est certain.
En bonne fouineuse de ma propre tête, je remet tout en doute constamment. Et puis les mois passent. Je suis malheureuse, parce que je comprends pas ce qu’il se passe, je détruis tout ce qu’il y a de bien dans ma vie. Cet état a commencé début mars 2014. Deux semaines plus tard, soit je signe un CDI, soit c’est la porte. C’est plutôt angoissant. Et vient le CDI ! Oh joie, oh bonheur. Oui sauf que non en fait. La tu rajoute la culpabilité. Pendant 5/6 mois, c’est comme ça. J’ai tout pour être heureuse, mais non…

Jusqu’à la goutte de trop, je m’effondre. J’ai tout brisé autour de moi. Le médecin m’arrête.
– « Oui mais on est en fin de prod, on a besoin de moi la bas… »
– « Nan, c’est vous qui avez besoin de vous… »
Ah bon d’accord.

Burn-out
La première semaine est affreuse. Le boulot me sort pas de la tête, l’ambiance est terrible. Et puis j’arrive à décrocher au fur et à mesure. A prendre du recul sur les choses. A trop avoir la tête dans quelque chose, on se rend compte de rien.
1 mois d’arrêt puis je pose des congés, je sais que je n’aurais rien à faire et glander derrière un pc tout le mois d’aout, non j’ai pas la force désolée.

Pendant le 1er mois, l’idée de quitter ce travail qui est devenu tellement toxique pour moi grandit dans mon esprit. En fait, c’est plus une idée, c’est vital. Je tiendrais pas c’est certain. J’envoie une demande de rupture conventionnelle.

A suivre… Tatataaaaaa….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s